accueilbiographiebibliothequetemoignagearchives
bar-up
Affiche   Vidéos
gominas  
 
 
 
 
     
Memoire  
 
 
 
 
     
Textes ( PDF ) Affiche Programme
folie affiche programme
     
Vidéos    
 
 
 
 
 
     
 
 
 
 
 
     
Galerie de photos    
facebook
 
 
   
     
EXTRAITS anglais et français sur Gomidas de Amal M. Ragheb

Une adaptation et une mise en scène dignes d'un génie sont celles de la réalisatrice Nancy Issa Torosian qui a transformé le chef d'œuvre littéraire, Mémoire, de la divine Delphine Jacquart, de son vrai nom arménien Brigitte Tavitian, en monument théâtral imposant. Maîtrisant à merveille l'art et la technique scéniques, elle a su, avec une dextérité singulière, faire ressortir le meilleur des membres talentueux de la sublime troupe arménienne, Hay Pem, et, en même temps, exploiter au maximum le matériel artistique disponible, afin de marier entre le passé et le présent de Gomidas sur scène pour le faire revivre, le temps d'un spectacle, une soirée mémorable où il clame son identité en s'introduisant par un si sonore et significatif « Je m'appelle Gomidas ». Un cri à travers lequel tout un peuple martyrisé s'identifie et y exprime sa souffrance, sa colère et sa mélancolie sans, toutefois, perdre sa foi et sa culture qui ont vécu, tout le long de son histoire, moyennant d'inestimables sacrifices et prix.

(L'article a paru à la presse arménienne, en juin 2015, à l'occasion du début de la présentation de la pièce du théâtre, portant le nom de « Je m'appelle Gomidas », à Montréal avant de faire le tour du monde. Il a, ensuite, été repris par plusieurs publications francophones internationales d'envergure dont la revue franciscaine, Sans Frontières. L'article a, également, été traduit, par son auteure, vers l'anglais et a été publié par la presse internationale anglophone, dont la revue arménienne, Abaka, Mirror de Boston et Without Borders de la Communauté franciscaine internationale.)

Amal M. Ragheb
(Carmen Aprahamyan)
Journaliste internationale et écrivaine

 

An adaptation and a staging worthy of a genius are that of Nancy Issa Torosian, who transformed the masterpiece, Memory, of the Divine Delphine Jacquart, into an imposing theatrical monument. Perfectly mastering the art and technique of the stage, she knew, with singular dexterity, how to bring out the best of the talented members of the sensational Armenian troop, Hay Pem, and, at the same time, exploited the available art materials to marry, on stage, between the past and the present of Gomidas to revive him, the time of a show, a night to remember where he clams his identity by introducing himself with a sonorous and significant: "My name Gomidas". A scream through which an entire martyred nation identifies herself and expresses her pain, her anger and her melancholy without, however, losing her faith and culture that lived throughout her history, at the price of invaluable sacrifices.

(This article was published in the Armenian press, on June 2015, on the occasion of the beginning of the presentations of "My name is Gomidas" in Montreal before being presented all over the world.)

Amal M. Ragheb
(Carmen Aprahamyan)
International journalist and writer

bar
  facebook amazon
info@delphinejacquart.com
 
coin-1   coin-2